Le nouvel indice ATMO de la qualité de l’air

Aerial,View,Over,The,Basilique,Du,Sacre-cå“ur,De,Montmartre,During

Depuis les années 70, des associations agréées par l’État ont été créées dans chaque région française pour contrôler la qualité de l’air : ce sont les AASQA. En 2000 ces associations ont créé la Fédération Atmo France pour synergiser leurs expertises et moyens.

Atmo France a pour objectif d’assurer la surveillance de la qualité de l’air sur tout le territoire français et d’évaluer les actions qui peuvent l’améliorer.

Les représentants d’Atmo France se regroupent autour de thématiques de travail pour suivre les travaux actuels et ceux à venir. C’est ensuite le secrétariat général qui se charge d’organiser et coordonner le réseau.

 

Les changements de l’indice ATMO pour répondre aux exigences européennes

L’indice de la qualité de l’air ATMO est publié chaque jour par les AASQA pour que dans chaque localité française, les citoyens aient accès à l’état de la qualité de l’air.

Ils peuvent même avoir des prévisions à l’avance et prévoir leurs activités en conséquence.

Depuis le 1er Janvier 2021, l’indice Atmo français s’harmonise avec les seuils de l’indice de l’Agence européenne pour l’environnement.

 

En effet, le nouvel indice Atmo intègre les PM2.5 comme nouveau polluant et ajuste les seuils des quatre polluants atmosphériques (ozone, dioxyde de soufre, dioxyde d’azote et particules fines PM10).

Aussi, l’indice Atmo a été simplifié avec 6 classes de qualification de la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire français pour simplifier sa compréhension par les citoyens. Les agences AASQA contrôlent ainsi sur tout le territoire les moyennes journalières et les taux maximums des particules fines dans l’air ambiant.

 

Objectifs de la nouvelle échelle de qualité de l’air ATMO

L’objectif est double, il permet d’être plus représentatif de la qualité de l’air et de répondre ainsi aux préoccupations des citoyens.

Les analyses de 2019 sur la qualité de l’air extérieur en France montrent que cette dernière s’améliore avec la réduction des émissions de polluants. Cette progression est due aux plans de stratégies et d’action des différents secteurs d’activité français pour la réduction des émissions de gazs et particules fines à effets néfastes pour la santé.

Les seuils réglementaires imposés par l’Union Européenne sont néanmoins souvent dépassés et représentent donc une menace à moyen et long terme pour la protection de la santé humaine.

Ce danger est principalement lié au taux élevé de dioxyde d’azote à proximité des trafics routiers.

On remarque que les réglementations concernant la qualité de l’air imbriquent trois niveaux de réglementations (européen, national et local) avec 3 finalités principales :

 

  • Évaluer l’exposition de la population et de la végétation à la pollution atmosphérique.
  • Répertorier les actions entreprises par les différentes autorités locales et nationales qui ont pour objectif de limiter cette pollution.
  • Informer les citoyens de la qualité de l’air sur tout le territoire français.

 

Les conséquences d’une mauvaise qualité de l’air

D’après l’Agence nationale de santé publique, ce sont près de 50 000 décès prématurés qui sont liés à la pollution de l’air chaque année. En Europe, c’est 10 fois plus de morts qui sont liés aux particules fines. Ces dernières peuvent entraîner des maladies graves comme l’asthme, des problèmes cardiovasculaires ou le cancer du poumon.

La récente modification des seuils de l’indice Atmo est aussi liée à la saisie contre la France de la Commission européenne pour les dépassements des seuils systématique des PM10 à Paris et en Martinique.

Un point est néanmoins à soulever dans le calcul du nouvel indice ATMO : il ne prend pas en compte l’effet “cocktail” de la combinaison de taux élevés de plusieurs polluants.

 

Enfin, il est important de rappeler les conséquences des forts dégagements de chlorofluorocarbones et de méthane par l’activité humaine sur le réchauffement climatique.

En effet, ces gaz dégradent la couche d’ozone qui entoure la Terre.

Les scientifiques estiment que si rien n’était fait pour lutter contre cette contamination, la température en France d’ici 2100 augmenterait de 3 degrés celsius, ce qui aurait des conséquences très néfastes sur la biodiversité et la qualité de vie des français.

Publié le : 15/02/2021
Catégorie : L'efficacité energétique

Nous Contacter

Vous souhaitez nous contacter pour des renseignements commerciaux, une demande auprès du service clients, … Nous nous engageons à traiter votre demande dans les meilleurs délais. ( * Champs obligatoires) :

 Je souhaite recevoir vos CONSEILS & BONS PLANS par mail


Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment Via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails

Les informations qui vous concernent sont destinées à la Société AXENERGIE. Elles seront utilisées à des fins strictement professionnelles.
Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à AXENERGIE Paris – À l’attention du webmestre du site internet – 22 Rue du Sergent Bauchat, 75012 Paris.
Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.